Pourquoi suis-je toujours pauvre

 

je suis pauvre - myadvertisingpays-business.com

 

« Tous les hommes rêvent, mais pas de la même façon. Ceux qui rêvent de nuit, dans les replis poussiéreux de leur esprit, s'éveillent le jour et découvrent que leur rêve n'était que vanité. Mais ceux qui rêvent de jour sont dangereux, car ils sont susceptibles, les yeux ouverts, de mettre en œuvre leur rêve afin de pouvoir le réaliser. » - TE Lawrence

 

Pourquoi êtes-vous toujours pauvres ? La réponse, bien que simple, se présente sous plusieurs formes. C’est simple, car cela part de votre état d’esprit. La bonne nouvelle ? Vous pouvez sortir d’un mauvais état d’esprit.

 

1. Vous avez un locus de contrôle externe.

Tenir des croyances destructrices est un moyen infaillible pour vous mettre en place pour l’échec. Alors, quelles sont exactement les croyances destructrices ? La psychologie détient la réponse.

Le terme « locus de contrôle » dans la psychologie se réfère à vos croyances, sur la façon dont vous êtes responsable de votre avenir. Vous avez un locus de contrôle interne si vous croyez que vous êtes responsable, les personnes qui ont un locus de contrôle externe ce sont les personnes qui croient être victimes du destin et des circonstances.

Locus de contrôle est un concept de psychologie proposé par Julian Rotter en 1954 qui décrit le fait que les individus diffèrent dans leurs appréciations et leurs croyances sur ce qui détermine leur réussite dans une activité particulière, ce qui leur arrive dans un contexte donné ou, plus généralement, ce qui influence le cours de leur vie. Le locus de contrôle se définit plus précisément comme « la tendance que les individus ont à considérer que les événements qui les affectent sont le résultat de leurs actions ou, au contraire, qu’ils sont le fait de facteurs externes sur lesquels ils n’ont que peu d’influence, par exemple la chance, le hasard, les autres, les institutions ou l’État »

Les personnes croyant que leur performance ou leur sort dépendent surtout d'eux-mêmes ont un locus de contrôle dit « interne » ; celles persuadées du contraire (c'est-à-dire que l'issue est avant tout déterminée par des facteurs extérieurs, hors de leur influence) ont un locus de contrôle dit « externe ». Par exemple, un candidat échouant à un examen (comme le permis de conduire) attribuera son échec à une cause externe (examen difficile, manque de chance ou examinateur sévère) s'il a un locus de contrôle plutôt externe, mais à ses propres erreurs, son manque de travail, de concentration, etc. s'il a un locus de contrôle plutôt interne.

Il est aujourd'hui admis que le locus de contrôle est une dimension importante de la personnalité, relativement stable dans le temps. Cela en fait un élément important dans la psychologie de la santé et du soin auprès des malades, dans la psychologie de l'éducation ainsi que dans la psychologie du travail. Néanmoins, le locus de contrôle peut être affecté par différents facteurs, dont la valence affective de la situation : d'une manière générale, les échecs personnels sont perçus comme davantage dus aux circonstances extérieures tandis qu'on a tendance à adopter un locus de contrôle plus interne vis-à-vis de ses propres succès.

Locus externe: Un individu « externe » aura tendance à attribuer une causalité externe aux événements qu'il subira. Par exemple, un sujet externe ayant eu une mauvaise note à un examen attribuera très facilement une cause externe à son échec ; ce sera par exemple « la malchance ». Nous parlerons alors d'un sujet ayant un « locus de contrôle externe ».
On distingue divers types de locus de contrôle externe selon que le contrôle des événements est attribué : au hasard, à la chance, à la fatalité, à un autre tout-puissant.

Les individus externes sont plus confiants lorsqu'ils sont confrontés à des problèmes graves comme la maladie. En effet, ceux-ci peuvent y attribuer une raison (externe) et accepter l'événement qu'ils subissent. Un individu interne cherchera probablement une cause (interne) qui sera inexistante, ce qui pourrait entraîner un état de stress et d'anxiété.

Locus interne: Un individu interne aura tendance à attribuer une causalité interne aux événements qu'il subira. Dans ce cas de figure là, le sujet croit qu'il existe un lien de causalité entre son activité et sa performance. Par exemple, un sujet interne ayant eu une bonne note à un examen attribuera très facilement une cause interne à sa réussite. Ainsi, il justifiera sa réussite par ses multiples efforts. Nous parlerons alors d'un sujet ayant un « locus de contrôle interne ». Le sujet croit alors simplement à l’existence d’un lien entre son activité et sa performance.
Les sujets internes sont plus enclins à se remettre en cause en cas de crise interpersonnelle (ou organisationnelle). De plus, ils éprouvent plus de satisfaction personnelle que les individus externes. En effet, les sujets internes ont une image d'eux-mêmes plus positive.
Toutefois, Averill a montré en 1973 qu'un fort contrôle de la situation peut être néfaste pour le sujet ; par exemple dans le cas de la maladie.

 

Ce ne sont pas seulement des comportements, ils sont les croyances que vous avez associées dans votre inconscient. Arrêtez d’attirer la négativité, par ce que la réflexion sur le négatif va vous donner plus de négatif. Arrêter d’être un aimant qui attire le négatif, prenez le contrôle. Arrêtez d’attirer la négativité, par ce que la réflexion sur le négatif va vous donner plus de négatif. Arrêter d’être un aimant qui attire le négatif, prenez le contrôle.

 

2. Une grande vision

La plupart des occasions exigent une vision à long terme, à la fois pour mettre en œuvre l’action avec succès, et d’avancer un pas après l’autre. Si vous n’établissez pas d’objectifs à long terme, vous ne serez pas en mesure de repérer une occasion qui se présente à vous.

 

3. Ne plus regarder vers le bas

Les personnes pauvres regardent souvent vers le bas et voient passer les opportunités devant eux. Avez-vous déjà eu une excellente idée, mais trop peur de commencer ? Vous avez peut-être pensé ne jamais avoir assez de temps pour le faire ? Tout est possible, mais si vous ne commencez rien, comment pouvez-vous obtenir un résultat !

 

4. Compréhension manquante

Voici comment des erreurs se produisent. Avez-vous déjà fait l’expérience d’être familiarisé avec quelque chose, mais quand quelqu’un vous demande de l’expliquer en détail vous ne pouvez pas le faire ? L’apprentissage continu est une condition préalable au succès. Donc, la prochaine fois que vous pensez avoir acquis une compréhension de quelque chose, assurez-vous qu’elles sont bien acquises. Vous pouvez toujours grandir vos compétences, mais il faut être patient. Cette croyance vous aidera à quitter un mauvais état d’esprit.

 

5. Ne pas agir assez rapidement

Avez-vous été en attente pour quelque chose ? Si vous voulez connaitre la vérité, il n’y a pas de temps limite ! Il est cependant préférable d’agir plus tôt que plus tard.

 

6. Vous avez un mauvais mentor (ou pas du tout !)

Si vous suivez quelqu’un en tant que mentor, il vaut mieux qu’il soit bon. Ne pas choisir quelqu’un sans argent. Les mentors se font appeler les entraineurs de la vie et les entraineurs du succès, mais s’ils n’ont pas acquis d’argent eu même, ils ne peuvent pas vous donner les conseils dont vous aurez besoin. D’autre part, ne pas choisir quelqu’un qui est riche et ne dispose d’aucune éthique, pour éviter le chemin de la cupidité.

 

7. Vous trimez

Comment allez-vous enregistrer ou gérer l’argent de manière efficace si vous vivez de chèque de paie ? Évitez d’être un pion dans le jeu de quelqu’un d’autre, ou vous ferez d’autres personnes riches quand vous pourrez faire de vous-même une personne riche.

 

8. Vous êtes en mauvaise compagnie

Si vous vous entourez de gens qui ont de mauvaises attitudes, va vous influencer à prendre de mauvaises attitudes. Rester plutôt avec des personnes qui vous attireront sur vers le positif.

 

9. Vous avez une mauvaise attitude envers l’argent

Demandez-vous ceci : souciez-vous vraiment de votre argent ? Tenir des attitudes limitantes limitera votre croissance, à la fois à la banque et dans votre vie. Changer votre façon de penser va changer votre situation.

 

10. Vous n’avez pas d'ambition

Quelle est votre passion ? Qu’attendez-vous dans votre vie ? pouvez-vous répondre à ces questions ? Sinon, vous êtes pauvre parce que vous n’avez pas d’ambition. L’ambition est l’ingrédient pour maximiser votre potentiel et surmonter votre état d’esprit actuel.

 

Donc la bonne question que nous devons nous poser n’est pas « pourquoi je suis toujours pauvre ? », mais plutôt « comment puis-je attirer l’abondance dans ma vie ? ». Ceci est l’ambition. Il vous permettra d’apprendre en permanence, persévérer et viser la perfection. L’ambition est la voie à suivre.

Changer les questions que vous vous posez « comment puis-je attirer l’abondance dans ma vie ? ». Si vous vous concentrez sur ce point, tout est possible. Plus d’excuses, plus d’attente pour le bon moment, plus de défauts de compréhension, aucune possibilité manquée. Être pauvre est un état d’esprit, c’est à vous d’en sortir !

Tags: gagner de l'argent sur internet - comment gagner de l argent sur internet - gagner argent internet - gagner argent - comment faire de l argent - gagner de l'argent - développement personnel

 


 

myadvertisingpays france - gagner de l'argent sur internet - myadvertisingpays-business.com

 

MyAdvertisingPays permet aujourd’hui à de nombreuses personnes de gagner de l’argent sur internet. Ils réussissent à gagner de l’argent et ça tous les jours grâce à cette société, qui change des vies à travers le monde.

 

Vous n'êtes pas encore inscrit sur MyAdvertisingPays
N'attendez plus et commencer maintenant à gagner de l'argent sur internet

Commencer MAINTENANT !!

Les dernières News de: MyAdvertisingPays